Déploiement d’un réseau de stations GNV : la Bretagne lauréat !

La dynamique est lancée en Bretagne autour d’un collectif d’acteurs territoriaux démontrant la mobilisation des transporteurs et des acteurs publics pour le GNV, notamment au travers des 4 syndicats Départementaux d’Energie Bretons* qui annoncent des investissements conséquents.

L’œuf ou la poule ? Ce sera donc les deux car ce dispositif permettra de financer des stations et l’acquisition de véhicules. Une bonne nouvelle pour la filière du transport en Bretagne !

9 nouvelles stations en Bretagne portées par les Syndicats Départementaux d’Energie bretons*

Le Pôle Energie Bretagne (PEBreizh) constitué des 4 syndicats Départementaux d’Energie Bretons est lauréat de l’appel à projets national « Solutions intégrées de mobilité GNV », lancé par l’Etat et l’ADEME dans le cadre de l’action « Démonstrateurs de la transition écologique et énergétique » du Programme d’investissements d’avenir (PIA). Ce dispositif soutient le déploiement des stations de distribution de GNV et des flottes de véhicules s’y approvisionnant.

Ce projet a l’objectif de mettre en place un réseau de 9 nouvelles stations GNV ouvertes au public (poids lourds et véhicules légers). Le projet aura une durée de 48 mois (étude + construction + mise en service) et un budget total d’investissement estimé entre 12 et 15 millions d’euros.

L’avènement d’un maillage de stations  cohérent

L’enjeu est de définir un maillage du territoire répondant aux besoins des transporteurs bretons et nationaux, très intéressés par ce type de carburation qui représente désormais une alternative viable au diesel. Fort de cette ambition, le collectif Bretagne Mobilités [bio]GNV a participé à la définition d’une stratégie de déploiement concertée à l’échelle régionale. Jusqu’ici seules 2 stations, ouvertes au public, situées à Gaël et Locminé, sont en activité en Bretagne. Une troisième va ouvrir d’ici quelques semaines à Vannes. Avec le déploiement de ces 9 nouvelles stations réparties sur la région (en Morbihan : secteurs de Pontivy et Lorient, en Finistère : secteurs de Quimper, Brest-Landerneau et Morlaix, en Côtes d’Armor : Secteurs de Saint-Brieuc et Dinan, en Ille-et-Vilaine : Secteurs de Liffré et Noyal-sur-Vilaine), le GNV devient une alternative au Gasoil. Un maillage compatible avec l’autonomie de 450 km des camions au gaz naturel comprimé permettant à un transporteur d’envisager sereinement la solution GNV pour sa flotte de poids-lourds.

Un signal positif pour la transition énergétique en Bretagne

La Bretagne est le lieu idéal pour la mise en place d’un grand projet démonstrateur de la transition énergétique et écologique tel que celui-ci. Le développement du GNV/bioGNV s’inscrit plus globalement dans les actions de transition énergétique et d’adaptation au changement climatique menées en Bretagne avec notamment le développement de la méthanisation.

A travers son potentiel de valorisation de sa biomasse, la Bretagne dispose d’une opportunité pour réduire sa dépendance énergétique en produisant localement du bioGNV carburant d’origine renouvelable pour le transport.

Le GNV accélère en France, la Bretagne peut se féliciter d’y être engagée

Ce dispositif soutient le déploiement de 100 nouvelles stations d’approvisionnement en GNV dans les 4 prochaines années sur le territoire national, associées à la mise en service de 2 100 véhicules équivalent poids-lourds dédiés au transport de marchandises.

En 2017, nombre de signaux démontrent la structuration de cette filière en France. Des transporteurs s’équipent de flottes de véhicules conséquentes. Par exemple, le transporteur Jacky Perrenot vise les 1000 camions au gaz d’ici 2020 et porte sa flotte à 550 unités fin 2018.

Les pouvoirs publics soutiennent également la filière avec 2 mesures favorables dans la Loi de Finances 2018 à savoir le gel jusqu’en 2022 du taux de la TICPE (taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques) et le prolongement jusqu’au 31 décembre 2019 du dispositif de suramortissement pour les achats de véhicules de poids total autorisé en charge (PTAC) supérieur ou égal à 3,5 tonnes qui utilisent exclusivement comme énergie le gaz naturel et le biométhane carburant, ou le carburant ED95.

Le projet ainsi développé, soutenu par les avances remboursables du commissariat général à l’investissement (CGI) et surtout par les aides aux transporteurs pour l’achat de nouveaux poids lourds au GNV, permettra de dépasser les freins qui ont, jusqu’à aujourd’hui, entravé le développement du GNV au niveau régional et national. Le développement du GNV pour le transport lourd de marchandises (et, dans un second temps, de personnes) est une opportunité pour la Bretagne. Au-delà des bénéfices environnementaux de ce carburant, l’enjeu est de préparer la compétitivité de la filière avec un carburant alternatif au gasoil.

 

* le syndicat Départemental d’Electricité des Côtes-d’Armor (SDE22), le syndicat Départemental d’Energie et d’Equipement du Finistère (SDEF), le syndicat Départemental d’Energie 35 (SDE35) et le syndicat Départemental d’Energies du Morbihan (Morbihan énergies).